L’encombrement invisible.

Il arrive que des maisons souffrent d’un encombrement invisible. 

Au premier abord, elles semblent vraiment bien rangées, c’est lorsque l’on ouvre un tiroir, lorsqu’on descend à la cave ou lorsqu’on va dans le grenier que l’on perçoit ce trop-plein d’objets.

Et en réalité, c’est notre charge mentale qui souffre de cet encombrement…

Cela nous trotte constamment dans la tête. « Il faudrait que je vide le grenier », « Je dois  trier ce tiroir ». Parfois même, on planifie de désencombrer la pièce qui nous pose problème « C’est décidé, cet été je fais le vide ! » Arrive alors l’été, le soleil et les apéros et on ne prend pas le temps de vider. Et ensuite, on culpabilise ! « C’est vraiment bête, j’aurais dû le faire ! »  Ce sont toutes des pensées qui nous encombrent l’esprit et qui nous minent le moral. 

Un espace rangé nous aide à y voir plus clair, nous libère l’esprit pour ce qui est important, mais seulement s’il est vraiment rangé.  Ranger son désordre dans de nombreux meubles nous empêche de le voir, mais pas d’y penser.

Que renferment ces meubles et ces pièces où personne ne va jamais ? On y trouvera la plupart du temps des choses qu’on n’a plus utilisé depuis des mois, voire des années, des objets qu’on garde au cas où, des objets qu’on nous a offerts mais qu’on n’aime pas, des choses qu’on n’aime plus mais qu’on garde parce que, quand même, ça a couté cher, et puis des choses dont on ignore tout bonnement l’existence.

On pense rarement aux implications financières de l’encombrement.
Tous les mois, nous payons un loyer ou remboursons un emprunt pour vivre dans une maison dont on ne profite pas à 100 %, car une partie est utilisée comme endroit de stockage.

Pour les meubles que l’on achète pour masquer notre encombrement, c’est une autre histoire, et vous la connaissez sûrement aussi bien que moi. On sacrifie un samedi dans les couloirs bondés d’un fabricant suédois, avec le risque non négligeable de s’engueuler avec celui ou celle qui nous accompagne dans ce dédale infernal, risque qui augmente sensiblement quand il est question de faire rentrer les cartons dans la voiture, et qui explose littéralement quand l’heure est au montage. Honnêtement, ça ne vaut pas le coup.

Alors oui, ça va être long et fastidieux, mais il va falloir se retrousser les manches et s’attaquer à cet encombrement invisible.

Courage! Vous vous sentirez bien mieux après !
Et si vous ne savez pas comment vous y prendre, je suis là pour vous aider.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *